Archives de Catégorie: On a testé

Nous testons divers produits ou services à vocation écologique, équitable ou solidaire et donnons note avis.

EMMAÜS A SON SITE E-COMMERCE ! ON A TESTE

Salut les DDnautes, voici venu le moment du  post mensuel. Ça fait longtemps que nous n’avons pas testé un produit ou un service qui parle aux valeurs que ce blog tente de véhiculer.

C’est l’occasion aujourd’hui avec le test que nous avons fait sur le site e-commerce d’Emmaüs.

logo-emmaus

BRÈVE BIO D’EMMAÜS

Si vous habitez la France, vous connaissez surement le mouvement Emmaus. C’est un  groupement d’association dont la première a été lancée par l’Abée Pierre en 1954. Emmaüs est actif aujourd’hui dans 39 pays. Les communautés Emmaus comme on les appelle officient essentiellement dans la collecte, la récupération, la remise en état et  le remploi de tout un tas d’objets, allant des jouets jusqu’aux meubles, en passant par l’électroménager.

Ceux qui font tourner ces établissements sont appelés les compagnons d’Emmaüs.

nouveau-batiment-emmaus-800x533_c (2)

Ainsi, les communautés Emmaüs, développent des activités économiques, qui génèrent des projets d’insertion pour une partie des personnes qui y travaillent. Elles mettent  à disposition, à des prix plus qu’abordables une multitude de bien de première nécessité, et participent au recyclage, à la réutilisation et au réemploi. Selon les cas, on trouve aussi des programmes de logements, de restaurations, banques alimentaires, ou encore accueil de jour et/ou de nuit.

Le tout permet à Emmaüs de tenter de remplir la mission qu’elle s’est donnée depuis plus d’un demi siècle. Lutter contre la pauvreté et l’exclusion partout dans le monde.

En France, on trouve une communauté Emmaüs dans presque chaque ville. Chacune tente de s’adapter au contexte local, tout en gardant l’activité principale.

Emmaüs intervient aussi dans les secteurs du micro crédit en Asie notamment, ou dans l’agriculture en Afrique.

carte interractive (2)

VALORISER UN RÉSEAU NATIONAL SOUS LE LABEL EMMAÜS

De par son organisation et ses activités, le mouvement Emmaüs dispose d’espaces de ventes, pour  les objets qu’il reçoit. Le moindre meuble,  livre, ustensile de cuisine qui arrive, est mis en état, puis présenté dans l’espace de vente. Les associations locales,  disposent chacune d’un stock d’objet susceptible d’être vendu. A l’heure du numérique, d’internet et des achats dématérialisés, les têtes bien faites d’Emmaüs se sont dit qu’il serait intéressant de mettre tout en commun, pour créer un grand magasin virtuel sur la toile. Pour que n’importe qui, n’ importe où en France, puisse acheter en ligne un objet se trouvant quelque part sur un espace de vente du groupement d’association.

C’est ainsi qu’à vue le jour en décembre 2016, le site E-commerce « Label-Emmaus ».

L’INTÉRÊT GÉNÉRAL

Cette idée est brillante, car elle permet de donner une nouvelle vie à de milliers d’objets. Elle multiplie les chances pour chaque objet de trouver un preneur, et surtout elle crée une activité économique à vocation principalement sociale. En somme, elle fait de Emmaüs, un « leboncoin » au service de l’intérêt général.

Nous nous sommes dit qu’après une année d’activité, il serait temps de tester ce service inédit pour une association.

LE SITE

Capture Label Emmaus

Vous l’aurez compris, le site http://www.label-emmaus.com est un site de vente en ligne généraliste, d’articles d’occasion. Pour faire vos emplettes, il suffit de taper « label-Emmaüs » dans votre moteur de recherche et vous tombez sur la page d’accueil.

Le site est plutôt bien fait, avec un visuel attrayant, les onglets des différentes rubriques sont mis en évidences. jusque là, rien de spécial, on est sur un site e-commerce comme les autres. C’est près de 5000 articles qui attendent, prêts à faire votre bonheur. on trouve des articles à partir de 2€. De petits bibelots, jusqu’à des objets de collection.

Au début, seuls 25 magasins physiques Emmaüs participaient à l’aventure. Depuis, ils sont plus nombreux encore à rejoindre les magasins connectés au site. chacun dispose d’un accès à la base de données, pour mettre en ligne les articles. Ces dernier sont ensuite modérés et mis en valeur par les équipes de gestion du site internet lui même.

Ainsi, chaque achat sur le site est livré depuis le magasin physique où l’objet est présenté.

CaptureLabel Emmaus1

Nous avons opté pour la commande de livres. Les articles se déclinent, avec des images, le plus souvent. Une barre de recherche permet de lancer sa requête pour trouver plus rapidement les objets. La section librairie est celle qui manque le plus de photos. Les autres rubriques en sont largement fournies.

Capture Emmaus 3

Les articles sont tous de seconde main,  et sont a des tarifs d’occasion. la description est donc hyper importante, pour que le client se fasse une idée la plus précise possible de l’état de  l’article qu’il veut acheter. Le site propose pour chacun, au delà d’une photo, une fiche descriptive détaillée.

Capture Emmaus 5

Label Emmaüs est une société coopérative d’intérêt collectif (scop)  lancée grâce à un capital de 500 000€, apporté par les communautés, une centaine de sociétaires et la fondation mère.  C’est donc un projet d’entreprise, qui permet d’employer en contrat d’insertion ou non, un ensemble de personnes, dédié à la gestion, la mise en ligne, la modération, l’envoi des commandes etc.

Capture emmaus8

Le client à le choix entre un retrait de son article directement en magasin, ou une livraison par colis-postal. le coût de la livraison varie de 3 à 7€, en fonction du poids. Le lieux où se trouve l’article est toujours indiqué dans la fiche descriptive.

Capture Emmaus6

Avant de commander, le  client est invité à créer un compte. Il peut également souscrire à la lettre d’information mensuelle, ou accéder aux articles du blog tenu en parallèle sur le site. Au moment de payer en ligne, on peut rajouter un don à partir d’un euro, pour soutenir l’association.

Nous avons suivi le parcours d’achat du site, qui n’as rien de déroutant ou de différent par rapport aux nombreux autres site de e-commerce qui pullulent sur la toile.

Nous avons ensuite attendus quelques jours, et les livres sont arrivés ! pour deux livres commandés, il est fort probable de recevoir deux colis. comme on l’as dit, ils n’arrivent pas forcément du même endroit ni le même jour.

IMG_3279

A la réception, pas de surprise. Les livres sont en très bon état, quasiment neufs. on as des petits mots de remerciements et un bon de livraison sur lequel figure le nom de l’association qui à traité le colis. Ce détail est important car il montre que Emmaüs contrôle aussi sa chaine de livraison. Ce sont donc des association ou des entreprises d’insertions qui font le colisage et l’envoi.

Capture Emmaus9

ON A TESTE, ON A ADORE

Bon évidement, on as pas appris tout ça ces derniers jours, en essayant de commander des livres sur le site marchand d’Emmaüs. voici une année qu’on suit le parcourt de ce pure player de l’économie solidaire. On ne peut que tirer le chapeau et être admiratif. C’est un beau travail, on encourage et on souhaite une longue vie à cet outils, qui vient montrer encore une fois, qu’internet, est aussi un outils d’émancipation d’inclusion, de lien social.  si vous ne le saviez pas, c’est désormais chose faite ! vous pourrez faire  vos emplettes sur la toile, et chez Emmaüs à la fois.

Pour aller plus loin :

Le site d’Emmaüs : http://emmaus-france.org/

Le blog de label  Emmaüs : https://blog.label-emmaus.co/

 

Publicités

Faire ses conserves maison pour 0€

Voilà l’automne qui pointe son nez, l’hiver n’est pas loin. Avec les journées ensoleillées, va s’achever la saison de nombreux fruits et légumes, nous devrons alors soit attendre le printemps et l’été prochain, soit acheter des produits hors saison.

lbdd

Pour ceux qui comme l’auteur de ce billet préfèrent consommer des produits de saison, il  faudra prendre son mal en patience, ou trouver une parade pour les fruits et légumes dont on raffole.

Le cas de la Tomate est typique ! Fruit le plus consommé au monde, en légume, salade, assaisonnement, sauce.

Elles sont tellement bonnes, s’accommodent si bien à nos habitudes culinaires qu’on aurait tendance à les croire naturellement disponibles toute l’année et sous toutes les latitudes !

Mais non ! Les tomates ont une saison qui va de Juin-Juillet jusqu’ en Octobre, on peut alors raisonnablement  les manger au maximum 6 mois dans l’année.

Toutes les autres tomates mangées en France en dehors de cette saisonnalité, viennent de très loin, ou sont cultivés en serres. Ce sont des fruits voraces en énergie et en eau, souvent fortement traitées aux pesticides et sans goût.

Ce qui est valable pour les tomates, l’est pour la plus part des fruits et légumes consommés hors saison.

L’une des solutions intermédiaires permettant de consommer par exemple des tomates en  hiver tout en respectant le rythme des saisons, est de faire des conserves.

Cette pratique n’est pas nouvelle, à l’approche de l’hiver, de nombreux foyers achètent des tomates pour faire le traditionnel coulis. Mais cela reste marginal. On tend à céder à la facilité, acheter ses tomates sur le marché pendant toute l’année.

Pourtant, avec un peu d’astuce on peut apporter un réponse au dilemme !

Faire des conserves de tomates pour zéro euro !

cons

Pour faire des conserves de tomates sans débourser un sou, l’astuce première c’est la récup !

Ci-dessous une liste de matériel à préparer et à récupérer pour vous lancer.

Les Bocaux :

conserves4

Difficile de faire des conserves sans bocaux. Il vous arrive de consommer des sauces, des haricots, ou autres plats cuisinés vendues dans des bocaux de verre ? Après les avoir vidés, lavez-les et rangez-les soigneusement dans un coin. Si vous ne consommez pas ce genre d’aliment, demandez dans votre entourage, vous verrez, les bocaux afflueront assez rapidement. Assurez-vous seulement, que chacun d’eux se ferme bien et ne présente aucune fissure.

Si le coté récup ne vous emballe pas franchement, vous pouvez toujours acheter des bocaux dans le commerce. Il s’en trouve de toutes les tailles, du 500 ml au 3litres.

Les tomates !

tomates

Puisqu’il s’agit de faire des conserves de tomates, elles peuvent venir de votre potager ou des marchés.

Le marché est un lieu et une manifestation qu’on trouve quasiment dans toutes les cultures, c’est un événement chaleureux, où on établit un contact  différent avec la nourriture, ceux qui la produisent et/ou  la vendent. Le marché change du  super marché avec ses gondoles froides.

Mais comme dans les grandes surfaces, Il se jette des tonnes de fruits et légumes sur les marchés chaque année.

C’est un  fait, les vendeurs sur les marchés sont plus sensibilisés au gaspillage et ne jette que s’ils jugent que la marchandise ne peut plus se vendre. Cette marchandise n’est pas pour autant impropre à la consommation.

Le marché, en tout cas en France, se trouve être  un sacré lieu de récup, notamment des invendus un peu malmenés par le temps et le transport.

 

Les vendeurs sur les marchés sont aussi plus enclin à donner leur invendus ou les produits qu’ils comptent jeter.

C’est donc sur les marchés qu’il faut aller récupérer les tomates. Soit en demandant directement au marchand, soit en arrivant un peu avant la fin. Quand tout le monde remballe, allez simplement dans les cagettes laissées sur les emplacements.

Ce sont de vraies mines d’or ! Nous avons récupéré en une demi-heure, 7 kg de tomates.

Elles étaient un peu ramollies, certaines avait un petit éclat ou un début de moisissure, mais toutes encore bonne à la consommation, surtout pour faire des conserves. C’est impressionnant de simplicité, pour peu qu’on s’arme d’un minimum de témérité.

Le reste du matériel :

Une fois que vous avez des bocaux et des tomates, vous avez l’essentiel ! Le reste proviendra surement de votre équipement domestique. Vous aurez besoin :

D’une grande casserole, avec un couvercle

Deux serviettes de cuisine, dont une  que vous pourrez couper en plusieurs petits carrés de tissu

De plusieurs litres d’eau

De quelques cuillères d’huile d’olives

Oignons

pincées de Sel

Etape 1

  • Mettez une grande quantité d’eau à bouillir dans la casserole et fermez
  • Plonger y vos bocaux, pour les stériliser
  • Lavez soigneusement vos tomates à l’eau froide, ôtez les parties attaquées par la moisissure
  • Versez ensuite l’eau bouillante sur les tomates pour décoller la peau, attendez quelques minutes.
  • Pellez le tout et découpez en petits dés ou hachez les

 

Etape 2

  • Dans la casserole sur un feu moyen, versez les tomates, l’oignon, un filet d’huile d’olive et le sel
  • Laissez mijoter pendant quinze à vingt minutes en remuant régulièrement
  • Passez enfin à 10 minutes de feu doux.
  • Eteignez le feu, laissez reposer quelques minutes

casserole

Etape 3

  • Remplissez vos bocaux, laissez environs deux centimètres avant le rebord
  • Découpez des petits carrés de tissu dans l’une de vos serviettes
  • Posez en un sur chaque bocal et fermez hermétiquement avec son couvercle

 

Etape 4

  • Au fond de la casserole nettoyée, mettre l’autre serviette pour éviter que le verre casse
  • Disposez vos bocaux remplis et hermétiquement fermés
  • Versez de l’eau à rebord
  • Couvrez et laisser monter à 100°C pour la stérilisation et permettre la conservation
  • Sortez vos bocaux, laissez les refroidir

 

Vos conserves sont prêtes, vous disposez d’au moins un an pour les consommer !

Cette façon de procéder ne vous aura presque rien coûté, si ce n’est quelques ingrédients que vous avez surement à la maison, et un peu d’huile de coude !

De plus, vous aurez contribué à réduire le gaspillage alimentaire à votre niveau.

Pour les petits budgets comme les étudiants ou les jeunes actifs, c’est une solution économique non négligeable.

Bonne dégustation !

Pour Aller plus loin :

Un article sur la loi gaspillage alimentaire. 

Récup et dégustation